Détricotage – EM TO

Là, il s’agit de se mettre en solidarité autour d’une situation concrète insatisfaisante apportée par un.e des participant.es.
La déplier, la détricoter, en éclairer les différents aspects, identifier les tensions et les problèmes qu’elle pose, tenter d’en comprendre explications et implications pour identifier des pistes d’actions concrètes pouvant mener à des solutions.
On articulera pour cela deux approches qui ont de multiples affinités et une complémentarité étonnante :
le Théâtre de l’Opprimé et l’Entraînement Mental.

Cela se passe localement, dans les environs de Moëlan sur mer. Si ça vous intéresse, contactez nous !

Picto Détricotage

Le Théâtre de l’Opprimé

Créé par Augusto Boal au Brésil, il propose un ensemble de techniques visant, par la mise en images ou en scènes de situations concrètes et par l’invitation à faire intervenir les “spect’acteurs” pour faire évoluer ces scènes ou images, à trouver collectivement des pistes de solutions qui viendront enrichir la stratégie et le pouvoir d’agir de la personne concernée par la situation. Nous on a découvert ça d’abord avec “l’Escargot Migrateur” puis on l’a creusé avec la compagnie “N.A.J.E” et on le pratique régulièrement avec la compagnie “Si les sardines avaient des ailes“.

L’Entraînement Mental

Cette méthode, ou plutôt ensemble de méthodes, au nom barbare mais à la pratique passionnante (on préfère parfois le nommer “Penser et structurer son action dans la complexité”), est issu du travail du sociologue Joffre Dumazedier et des maquisards de la seconde guerre mondiale. Les maquis réunissaient des personnes d’origine sociale très variées qui s’entraînaient physiquement et qui se demandèrent alors comment aussi s’entraîner “mentalement” à penser, ensemble, des situations complexes sans céder à la pensée unique et en étant tournés vers l’action concrète. On s’y est initié avec “l’Escargot Migrateur“, puis on l’a approfondi avec le CREFAD de Lyon et l’association “Pivoine“.

L’articulation de ces deux approches, qui se retrouvent complètement sur leur finalité, est un chantier palpitant que nous menons en suivant les pas, particulièrement actifs en ce domaine, d’Aude Beaudoin (compagnie “Si les Sardines avaient des ailes”).